Aller au contenu principal
limpression
Gravures

Techniques de gravure

Taille d’épargne :
la linogravure

À partir d’une plaque de linoléum, on creuse le dessin à l’aide de gouges, en « vidant » les blancs. 
L’encre vient se déposer sur les parties restantes en surface, à l’aide d’un rouleau.
On presse ensuite le papier sur cette matrice soit avec un baren, soit avec une presse.

Taille directe :
la pointe sèche

La taille-douce comporte plusieurs techniques de gravure sur une plaque de cuivre ou de zinc ou rhénalon.

On grave la plaque (cuivre, zinc ou rhénalon) avec une pointe en métal. L’encre vient se déposer dans les creux tracés, à l’aide d’une spatule ou d’une poupée en tarlatane. Après un essuyage méticuleux, on imprime la plaque avec une presse taille-douce sur papier humidifié.

Taille indirecte :
l’eau-forte

Après avoir appliqué un vernis sur la plaque de métal, on dessine avec l’aide d’une pointe émoussée. La plaque est ensuite mordue dans un bain de perchlorure de fer pour le cuivre, et va être ainsi grignotée pour les zones sans vernis. L’encre vient se déposer dans les creux et après essuyage méticuleux on imprime la plaque avec une presse taille-douce.

Taille indirecte :
l’aquatinte

On applique une poudre de résine de colophane sur l’ensemble de la plaque de métal. Celle-ci va créer un grain régulier. On va ensuite plonger la plaque dans le bain de perchlorure de fer, en des temps différents, afin d’y créer des nuances différentes. L’encre se dépose dans les creux mordus par l’acide, et après essuyage méticuleux, on termine par l’impression de la plaque avec la presse taille-douce.

Taille directe :
la manière noire

On grène la plaque de cuivre avec un berceau (outil composé de petites aiguilles très fines) de façon à la recouvrir entièrement de minuscules trous. L’encre viendra s’y déposer. Il faut faire plusieurs passages pour obtenir un noir dense. On vient ensuite écraser la surface avec un brunissoir pour récupérer le blanc et créer ainsi le dessin. Encrage et essuyage méticuleux avant d’imprimer sur une presse taille-douce.

Taille directe :
le carborundum

Après avoir appliqué un liant sur différentes zones, on saupoudre la plaque de grains de carbure de silicium. On va créer ainsi un grain irrrégulier et très dense. L’encre se dépose sur les grains rugueux, et après essuyage, on termine par l’impression de la plaque avec la presse taille-douce.

Taille directe :
le burin

Le burin fait partie des outils les plus anciens pour tailler directement dans le cuivre. On y creuse des sillons plus ou moins profonds et réguliers qui sont d’une grande finesse et netteté, en comparaison avec la pointe sèche, qui donne un aspect plus velouté lors de l’impression.

Ici encore, l’encre vient se déposer dans les creux et après un essuyage avec des tarlatanes et un bon paumage, on imprime la plaque avec une presse taille-douce.

Technique d’impression :
le chine-collé

Le chine-collé est l’application d’un papier de grammage très fin (par ex. 40g), sur le fond d’une gravure.
Il est collé directement sur la plaque de cuivre avant le passage sous la presse. Il permet de faire ressortir les détails d’une impression.